Conférence de presse de lancement du projet

Les structures en charge de la surveillance et de l’information sur la qualité de l’air dans les Hauts-de-France, en Wallonie et en Flandre ont décidé d’unir leurs efforts pour offrir aux habitants de l’eurorégion des données et des consignes plus cohérentes. Un premier pas vers une politique globale de l’environnement sur tout le territoire frontalier.

La pollution et les particules fines n’ont que faire des frontières (même si ces dernières ne sont plus matérialisées) lorsqu’il s’agit d’aller titiller les bronches des habitants de l’eurorégion. Alors, pourquoi les instances en charge de la surveillance de la qualité de l’air seraient-elles limitées à un territoire ? La question peut paraître naïve, mais jusqu’à la toute récente mise en chantier du projet TransfAir, dont l’objectif est d’harmoniser les politiques consacrées à la qualité de l’air dans toute l’eurorégion, cette répartition délimitée par des découpages administratifs était la norme…

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *